Actus

Gardez un oeil sur l'actu revue par Kaparka !

Visitez aussi notre page Facebook.

Bien écrire un article sur internet

Bien écrire un article sur internet

La rédaction de contenu sur le web se doit d'être travaillé pour s'adapter au lectorat. Certaines règles ou astuces sont recommandés pour s'adapter au contrainte de l’accessibilité, de l'ergonomie et du référencement. Cet article présente un grand nombre d'astuces qui seront bénéfique à n'importe quel rédacteur sur le web (community manager, blogueur ou référenceur).

Crayon sur clavier d'ordinateur portable
La rédaction sur internet se prépare et se travail.

Avant de commencer à écrire

La préparation d'un article constitue les bases de celui-ci. Impossible de lancer une information sans être sûr de celle-ci. Il y a des experts dans toutes les thématiques et des internautes qui sont prêt à rechercher les sources pour vérifier la conformité des faits. Sur le web, plus qu'ailleurs, il faut dire la vérité. La désinformation et les erreurs sont trop facilement repérées.

Choix du sujet

L'article doit aborder un seul sujet pour éviter de s'égarer. Dans le choix du sujet il faut prendre en compte les lois de proximité. Ces lois indiquent qu'une information est plus ou moins importantes vis-à-vis de sa proximité par rapport au lecteur. Cela implique d'écrire une information qui plaira au plus grand nombre des lecteurs habituels.

Le travail de recherche du sujet doit aussi être un travail pour discerner le profil lecteurs. Plus l'article sera adapté aux visiteurs et plus ceux-ci vont apprécier le contenu, visiter le reste du site, promouvoir l'article sur les réseaux sociaux ...

Préparer la rédaction

Dès que le sujet est trouvé il faut partir à la recherche de mots-clés et de synonymes. En inclure dans le contenu permet d'améliorer le référencement grâce à la longue traîne. Indirectement ça permet aussi d'éviter le keyword stuffing qui est une technique de surcharge de mots-clés nuisible au référencement.

Astuce : l'un des meilleur outil gratuit pour chercher des mots-clés est l'outil de Google Adwords.

La rédaction

Dès que le travail préliminaire est terminé, la rédaction peut commencer. Mais cela doit toujours se faire en s'adaptant au lectorat. Cela passe par une adaptation du choix du vocabulaire, des termes techniques et même des tournures de phrases. Un site éducatif doit veiller à ne pas perdre son lectorat tandis qu'un site spécialisé n'a pas besoin de tout ré-expliquer dans chacun de ces écrits. Pour simplifier le contenu il est recommandé de suivre ces recommandations:

  • Écrire des phrases courtes
  • Éviter les termes trop techniques, les abréviations ou le contenu dans une langue étrangère. Exception faites des termes connus de tous tel que "e-mail" ou "marketing"
  • Privilégier la voix active à la voix passive
  • Ne pas faire de double négation
  • Éviter les métaphores
  • Adapter le style à son audience. Utiliser la 1er personne du singulier pour un blog très personnel, la 2ème personne du pluriel pour des tutoriaux, un style impersonnel pour un site éditorial ...
  • Ne faire aucune faute
  • Les chiffres ne doivent pas être écrit en lettre
  • La longueur d'une ligne doit faire environ 12 mots

Le contenu de l'article

Des astuces permettent de garder le lecteur en éveil:

  • Structurer le contenu. Penser à découper en petits paragraphes avec plusieurs niveaux de titres
Article avec balisage sémantique
Article découpé par des titres et des paragraphes (utilisation de balisage sémantique)
  • Si le texte devient trop long, il faut songer à le découper sur plusieurs pages / article. Un gros dossier thématique est une solution envisageable
  • Mettre en forme le contenu (gras, italique, liste à puce ...)
  • Utiliser la pyramide inversée
  • Utiliser la méthode QQOQCCP (cf. Qui fait Quoi ? Où ? Quand ? Comment ? Combien ? Et pourquoi ?) pour détailler au mieux l'information. En anglais il s'agit de la technique des 5W (cf. Who, What, Where, When, Why ?)
  • Se concentrer sur une idée par paragraphe. Préciser cette idée dès le début du paragraphe
  • Aller à l'essentiel. Éviter de tourner autours du pot. Le contenu doit être encore plus synthétisé si les lecteurs sont majoritairement sur mobiles
  • Mettre dans des blocs certaines informations importantes (citation, phrase clé ...)
  • Avoir un contenu unique. Il faut plutôt paraphraser que de faire du copier/coller

Astuce: sur le web un contenu peut facilement être intemporel à condition d'éviter les mots temporels tel que "aujourd'hui", "demain" ou bien "cette année". Ou alors, il faut se rappeler de mettre à jour ces termes

Le chapô est l'accroche de l'article

Le chapô, alias le premier paragraphe, est le premier texte qui sera lu par les internautes après le titre. Il se doit d'être incitatif et mis en valeur pour inciter les lecteurs à lire le reste du contenu.

  • Mettre le chapô en gras ou en dans une police un peu plus grosse
  • 2 ou 3 lignes maximum
  • Faire un texte accrocheur qui donne envie de lire la suite
  • Compléter le titre et résumer un peu l'article sans trop en dire. Il faut juste donner l'eau à la bouche
  • Placer les mots-clés dans le chapô ou dans les premiers paragraphes
  • Écrire le chapô après avoir écrit l'article

Le titre

Sur le web il ne faut pas confondre le titre d'une page web visible dans la barre du navigateur (cf. la balise <title>) avec le titre d'un article visible dans le contenu (cf. la balise <h1>). Le premier n'est pas visible sur la page mais est très utile pour le référencement. Le deuxième à un impact pour les visiteurs car c'est la première chose qu'il liront.

Titre sous FireFox
Titre sous FireFox 2

Il est possible d'utiliser un titre principal différent du titre de la page. Cela permet de varier le vocabulaire et donc d'améliorer le référencement. Dans tous les cas, le titre de la page web doit suivre ces conseils:

  • Être facilement compris
  • Décrire l'article correctement
  • Ne pas être trop long. Google tronque les titres de plus de 66 caractères
  • Positionner les mots-clés importants au début. C'est plus pratique à scanner et ça améliore le référencement sur des mots importants. A titre d'exemple, dans un flux RSS un titre qui possède un mot-clé important au début est plus facilement repéré
  • Choisir entre un titre informatif ou incitatif. L'informatif permet d'améliorer l'ergonomie tandis que l'incitatif permet d'améliorer l'apport de visiteur depuis d'autres sites (exemple: médias sociaux).
  • Limiter les petits mots peu utiles (cf. préposition, adverbes ...)
  • Approcher les mots-clés en rapport pour un meilleur référencement sur un groupe de mots. Par exemple pour améliorer le référencement sur le terme "rédacteur web" il faut remplacer le titre "rédacteur : un nouveau métier sur le web" par "rédacteur web : un nouveau métier"
  • Utiliser des caractères spéciaux pour faire un titre plus attractif visuellement lorsqu'il sera réutilisé par d'autres outils (exemple : Facebook et Scoopt.it peuvent reprendre le titre d'un article dans l'aperçu d'une page)
Exemple de caractères spéciaux
Exemple de caractères spéciaux qui peuvent être utilisé dans un titre

Astuce: le titre est repris par les réseaux sociaux ou les agrégateurs RSS. Il servira donc de lien pour accéder à l'article. En conséquent, il faut à placer des mots-clés dans le titre pour que cela bénéfice au référencement.

Les liens

La gestion des liens ne doit pas être traitée à la légère à commencé par l'ergonomie de ceux-ci:

  • Souligner les liens et éviter de souligné du texte non-cliquable
  • Définir une couleur spécifique pour reconnaître les liens
  • Faire un effet visuel au survol du lien
  • C'est optionnel, mais il est recommandé d'utiliser une couleur de lien différente pour les liens déjà visités
  • Bien choisir le texte du lien : écrire un lien ni trop long, ni trop court sans jamais écrire "cliquer ici"
  • Les liens internes améliore le référencement. Ces liens doivent être placé dans un contenu et l'ancre du lien (le texte cliquable) doit avoir des mots-clés
  • Les liens externes doivent pointer sur des sites de qualité. Cela est notamment bénéfique pour le référencement
  • Les liens pour télécharger des fichiers doivent préciser le type de fichier et son poids
  • Potentiellement ouvrir les liens externes dans une nouvelle fenêtre et le signaler avec une iconographie

Les images

L'ajout de photos ou d'illustrations est une manière simple d'inciter le visiteur à lire le contenu. Toutefois, cet apport visuel est soumis à quelques contraintes pour améliorer son effet bénéfique:

  • Limiter le poids de l'image : pour plus d'information lire l'article: Optimiser le chargement des images web
  • Garder une bonne qualité
  • Insérer des images en rapport avec la thématique. C'est important car ces illustrations peuvent servir de repères visuels dans un long contenu textuel
  • Lors du clic sur l'image afficher une version plus grande si nécessaire
  • Rédiger un texte alternatif (indispensable pour l'accessibilité et le référencement). Si nécessaire rédiger aussi une légende
  • Attention à la licence des images (copyright, creative commons, domaine publique ...). Si vous ne trouvez pas le type de licence pour une image, c'est toujours par défaut la propriété intellectuelle qui l'emporte

Limites techniques

La publication d'un article sur internet est foncièrement différente du support papier. Pour commencer, il faut respecter à tout prix la charte graphique existante. Les modifications doivent être faites en priorité dans le thème (cf. en CSS) et non dans l'article. Dans le cas contraire, il faudrait changer le design de tous les articles qui ont eu des modifications particulières.

Outre le choix du design, il faut aussi prendre en compte les contraintes suivantes:

  • La vitesse de chargement est importante. Il faut réduire le poids des pages au maximum (attention au poids des images)
  • Contenu important au début (chapô et/ou image) à cause de la ligne de flottaison
capture d'écran avec mise en évidence du pli
Mise en évidence de la ligne de flottaison en rouge
  • Ne pas écrire un roman sur le web car les lecteurs lisent moins vite que sur format papier
  • Les mobinautes lisent moins de contenu à cause du support (cf. petit écran tactile) et du contexte (exemple: lecture rapide à un arrêt de bus)
  • Si l'outil de publication le permet il faut utiliser quelques mots-clés dans l'URL de l'article tout en conservant une adresse web courte. Éviter les caractères spéciaux, utiliser en priorité des tirets pour séparer les mots.
  • Si l'éditeur le permet il faut respecter bien utiliser les formats disponible (titre, citation ...) et éviter d'écrire en gros et gras pour faire un titre. Cela permet de respecter l'aspect sémantique du contenu

Un peu d'accessibilité ne fait pas de mal

différents type de handicaps
Différents types de handicaps

Quelques adaptations sont nécessaire pour qu'un grand nombre de personnes puissent lire le contenu convenablement.

  • Les images doivent éviter d'avoir du texte. Ça ne peut pas être lu par les logiciels de lecture d'écran
  • Les textes en italique ou majuscule sont plus difficile à lire. Il faut les utiliser avec parcimonie
  • Le texte justifié est à éviter car compliqué à lire pour certaines personnes avec des déficiences
  • Le contenu doit être simple à comprendre et composé de petites phrases pour faciliter la lecture des lecteurs avec une déficience cognitive

Attention : l'accessibilité web ne consiste pas à penser uniquement aux lecteurs avec des déficiences visuelles. Il y a aussi des lecteurs avec des déficiences moteurs, cognitives, auditives ....

Après la rédaction

Après avoir terminé l'article, il faut absolument se consacrer une étape de relecture pour corriger les fautes et s'assurer de la bonne cohérence des phrases. Il est même parfois bon de relire l'article le lendemain pour éviter une relecture à chaud. S'il le faut, il est aussi possible de faire relire par une tierce personne.

Une fois l'article vérifié, la publication est enfin possible. Mais se contenter de mettre du contenu sur internet ne garantis pas une popularité assurée. Internet est une jungle de plusieurs milliards de pages. Pour sortir du lot, il faut promouvoir soit même son article. Pour cela, il est toujours possible d'utiliser les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Pinterest, Viadeo, Linkedin ...) ou de parler de l'article sur les forums ou dans la newsletter de votre site.

Avec ces astuces et recommandations, l'article va pouvoir recevoir le lectorat qu'il mérite. Si ce n'est pas le cas, il ne faut pas oublier qu'un rédacteur augmente son expérience au fur et à mesure des publications et des retours des lecteurs. La seule contrainte restante pour l'article consiste à le faire évoluer si cela devient nécessaire.

 

Les 5 métiers clés du digital en 2017

Les 5 métiers clés du digital en 2017

CDO, data scientist, chef de projet web mobile, UX designer et chef de projet e-CRM sont les 5 postes clés du digital pour 2017 selon Visiplus. (crédit : D.R.)

CDO, data scientist, chef de projet web mobile, UX designer et chef de projet e-CRM sont les 5 postes clés du digital pour 2017 selon Visiplus. (crédit : D.R.)

Si le digital est l'un des secteurs les plus porteurs économiquement, quels sont précisément les besoins des entreprises dans ce domaine à court et moyen terme ? Quels seront les métiers plébiscités par les recruteurs en 2017 dans le digital ? Zoom sur 5 postes clés promis à un bel avenir.

1/ Chief Digital Officer (CDO)

Entreprises de tous secteurs confondus, elles se l’arrachent tous ! Réalisant le réel besoin de compter dans leurs rangs des leaders capables d’amorcer et de piloter la transformation digitale, de nombreuses entreprises ont donc nommé en leur sein un Chief Digital Officer. En France, 90 % des entreprises du CAC 40 ont désormais nommé un CDO pour mener à bien leur transformation digitale selon le cabinet Haussman Executive Search. C’est dire à quel point le poste de CDO a le vent en poupe !

AdTech Ad

Recherché pour sa polyvalence et son profil expérimenté, le CDO est un stratège et un leader capable d’insuffler la culture numérique dans toute l’entreprise et d’améliorer, grâce aux innovations numériques et aux nouveaux processus de travail, la nouvelle organisation d’une entreprise et sa stratégie. Il doit également être en mesure d’actionner les leviers correspondant aux canaux digitaux que sont le search marketing et les réseaux sociaux, notamment.

Qualifié d’accélérateur ou encore de catalyseur de la transformation digitale des entreprises, le CDO se doit d’être en perpétuelle veille pour suivre de près les évolutions du numérique et les mettre à profit auprès des différents directions (marketing, communication, RH ou direction générale).

 2/ Data scientist 

A l’ère du Big Data, les entreprises doivent recruter de nouveaux talents : les data scientist ! Extrêmement plébiscités du fait de leur rareté, les data scientist ont pour mission la gestion et la valorisation des données massives appelées Big Data.

La mission du Data scientist : mettre en place une stratégie cohérente répondant aux problématiques de son entreprise afin d’exploiter (le plus souvent) à des fins commerciales, les multiples données entrantes. Analyser, organiser, modéliser, synthétiser et restituer les données font alors partie des tâches qui rythment la journée du Data Scientist. Pour ce faire, la maitrise des outils informatiques et d’analyse ainsi qu’un savoir-faire métier marketing sont alors indispensables.

A la fois mathématicien, statisticien et fin stratège, le Data Scientist est un haut responsable polyvalent et expérimenté particulièrement convoité. Le poste de Data Scientist  a même été élu métier « le plus sexy du XXIème siècle » en 2015 par la Harvard Business Review… Rien que ça !

3/ Chef de produit web mobile 

En France comme aux Etats-Unis, le marché publicitaire est dorénavant porté par l’Internet mobile. Il n’est donc pas étonnant de compter le chef de produit web mobile parmi les métiers les plus prometteurs. 

Capable de réaliser un site ou une appli mobile de A à Z mais aussi de mettre à jour l’offre existante selon les avis laissés par les utilisateurs, le chef de produit web et mobile est un professionnel du marketing et du produit Internet. Dans le respect de la stratégie marketing digital de l’entreprise, le chef de projet web mobile a l’entière gestion de toutes les étapes du développement et ce, de la réponse à l'appel d'offres et l'étude de faisabilité du projet jusqu'à son lancement.

En charge de superviser les différents membres de son équipe (webmarketeurs, webdesigners, développeurs…) et d'assurer la coordination entre eux, il propose alors des produits correspondant, au mieux, aux besoins des utilisateurs. Des besoins qu’il a su analyser et identifier en amont.

Avec de solides compétences en webmarketing (ergonomie, normes…), le chef de produit web mobile doit également posséder des connaissances en mesure d’audience et acquisition de trafic afin de pouvoir mesurer la performance et la rentabilité de ses actions. De véritables qualités managériales et un sens du travail en équipe sont également attendus pour fédérer ses équipes autour d’un objectif commun.

 4/ UX designer

L’approche user centric/friendly est aujourd’hui au cœur des stratégies de création et de conception de site web, d’où la forte demande d’UX Designer ou « Experience User Designer ». Spécialiste de l'ergonomie et du design, ce créatif sait prendre en compte les besoins des consommateurs pour répondre toujours mieux aux objectifs de son entreprise. Sa mission : rendre attractive et améliorer sans cesse la qualité de l’expérience vécue par les usagers d’un site web. 

Capable de créer une interface aussi bien pour un site web, une application mobile, une tablette en responsive design comme une borne interactive ou tout autre dispositif numérique, l’UX designer va, en amont, réaliser un audit de l’expérience utilisateur. Les résultats de cet audit font alors de lui un interlocuteur unique avec les utilisateurs et justifie auprès des responsables du projet ses actions.

Dotés de compétences relationnelles comme techniques, ce professionnel encore rare dans le paysage du design digital occupe pourtant déjà une part importante des usages. Des compétences vastes et stratégiques vecteurs de réelles opportunités pour les entreprises.

 5/ Chef de projet e-CRM  

Au centre des préoccupations de la majorité des professionnels du e-commerce, la relation client online doit, plus que jamais, être soignée. Il faut dire que les enjeux sont nombreux. Il est question de fidélisation, d’e-reputation comme de rentabilité de son site web. Au carrefour des fonctions marketing, informatiques et commerciales, le chef de projet e-CRM doit savoir exploiter les données des visiteurs et des clients, trouver des moyens de recueillir des données complémentaires puis analyser les comportements (outil de ciblage comportemental, définition de scénari de navigation…) pour en tirer des conclusions sur les habitudes d’achat.

Doté d’une connaissance consommateur exclusive, le chef de projet e-CRM peut ainsi mettre en place une stratégie de fidélisation et de vente à travers notamment, l’automatisation des campagnes e-CRM par trigger marketing (proposition de produits en fonction des données reçues, e-mailing promotionnel d’un anniversaire, email de panier abandonné) ou encore l’adaptation du site et de ses contenus (publicités). Qu’il s’agisse d’exploiter les données, de mettre en place une stratégie relation client et d’en mesurer les performances et le ROI des actions menées, des qualités de synthèse et d'analyse sont primordiales.

Métier en plein boom depuis l’avènement de la Relation Client 2.0, la profession de chef de projet e-CRM attire de plus en plus les jeunes diplômés d’écoles de commerce, informatique ou marketing. Cependant c'est un marché où la concurrence fait rage !

Nos coordonnées :

map

Newsletter :

518, rue Saint Fuscien
80090 AMIENS

Téléphone : 03 22 52 18 86
Mobile : 06 78 900 615
Courriel : contact@kaparka.com

Page de contact